Depuis quelques années, il a été démontré qu'une très grande dépense d'énergie pouvait être évitée dans le cadre des isolations des bâtiments, qu'ils soient destinés à l'habitat ou au tertiaire.

 

Aussi, les réglementations de la construction ont évolué afin de maîtriser cette dépense en augmentant fortement les coefficients thermiques attendus pour toute construction. (Grenelle de l'environnement, RT2005, RT2012 BBC, RT2015 BEPAS , RT2020 BEPOS)

  • RT 2012 : Consommation maximale à 50 kwh/m² par an  
  • RT 2015 : Consommation maximale à 30 kwh/m² par an 
  • RT 2020 : Bâtiment à énergie positive qui produit plus qu’il ne consomme
Décret RT 2012
Décret RT 2012 n°2010-1269 du 26 octob[...]
Document Adobe Acrobat [68.3 KB]

Ces nouvelles réglementations entraînent des nouvelles problématiques pour les constructeurs qui se répercutent sur les assureurs et sur le client final.

 

En effet, actuellement, aucun matériau de construction sur le marché ne peut atteindre la résistance thermique actuelle de 4,50 m2 K/W sans l'ajout de matériaux d'isolation supplémentaires, ce qui entraîne :  

 

- Une augmentation du coût de revient (plus de main d'oeuvre, plus de matière

   d'isolation),

 

- Une réduction des surfaces habitables (murs plus épais),

 

- Un risque accru pour les assurances "dommage-ouvrage" (les produits isolants se tassent dans le temps et ne remplissent plus leur fonction).

 

Aussi, le marché est dans l'attente d'une solution technique fiable, économique et répondant à la législation.